The News Agency of the International Society for Krishna Consciousness

French Devotees Emerge From Years of Struggle with New Paris Temple

By: on Dec. 5, 2009
Photo Credits: ISKCON Paris
Seven hundred people visited the new Paris Temple on Janmastami day.

(Pour lire un article en Francais a propos du nouveau temple de Paris, ecrit par Sundara-Gopala Dasa, le president de temple, aller a la fin de cet article)


“France is considered to have the most cultured people in Europe,” said Srila Prabhupada, ISKCON’s founder, in a December 1968 talk. “And if we can have some footing in France in the matter of Krishna Consciousness certainly this will be a great success”¦”


Early ISKCON devotees took his desire to heart and in 1969, with the installation of Jagannath, Baladeva and Subhadra, ISKCON was established in Paris.


Encouraging them in their efforts, Srila Prabhupada visited the French capital in 1973 to install the beautiful deities of Sri Sri Radha-Parisishvara, in a rented temple building at Rue Lesueur.


It wasn’t long before ISKCON’s following grew too large for the small building to house, and devotees soon decided to buy a permanent place elsewhere for Radha-Parisishvara. They chose a grand building of the “hôtel particulier” style traditionally owned by noblemen of the French Royal Court. It sat in the very heart of Paris, on the appropriately-monikered Rue Vieille du Temple


Regretably, however, the neighborhood did not live up to its name.


“It was very un-devotional—in fact, the less we say about it the better,” says current Paris temple president Nitai-Gaurasundara Dasa. “And the situation became worse and worse. So Radha Paris-Isvara were moved again. Unfortunately, it would be far from the last time.” 


The deities were moved to Ermenonville’s castle on the northside of Paris, then to the rural community of New Mayapur in the center of France, then back to Paris in 1987, where they stayed in Noisy le Grand. Finally, in 1998, they were moved to another location in the same area, this time a tiny house on Rue du Docteur Jean Vaquier.


French devotees spent the next decade faithfully serving their Lords in very austere conditions—the temple room at Rue du Docteur could only accomodate twenty guests at one time, while there was barely any room for overnight stay.


Yet throughout the difficult years, they never gave up their dream of a beautiful, permanent temple for Radha-Parisishvara. Attempts at fundraising were made, and although they were not successful, the devotees kept trying. 


Finally, at a 2005 European GBC meeting in Spain, the tide began to turn. Concerned by the situation, ISKCON leaders headed by Sivarama Swami and Praghosa Dasa created Renouveau du Yatra Francais (RYF), a committee focused on reviving ISKCON in France.


Encouraged by their newfound international support, French devotees and congregation increased their fundraising, and intensified their search for a new temple. “At last, in 2007, I found a house in Sarcelles, on the Northside of Paris,” says Nitai Gaurasundara. “It seemed perfect for both a temple and an ashram. It was located close to the Charles de Gaulle International Airport, and was also next to the A1 highway which connects Paris to the north of Europe.” 


The RYF committee visited the building, deemed it suitable, and after some negotiation, the owner settled upon a reasonable price. Funds were raised quickly with the help of kind donations from the international ISKCON community, and ISKCON France purchased the property.


But the devotees’ task was far from over. Much renovation had to be completed before the house could be used as a temple. And the township of Sarcelles required ISKCON to purchase land with enough space for at least twelve parking spots nearby, before it would give authorization to use the house for public functions.


It was no coincidence that just at that time Pitavas Dasa, a French disciple of Srila Prabhupada who had served ISKCON Paris as temple president in the 1980s, returned to his homeland after more than twenty years in the USA. He accepted the RYF’s request to dedicate himself fully to acquiring the land for parking, and, to fulfill his mission, began to live in the new, as yet un-heated house throughout a cruel, icy winter. 


“Pitavas is well known among the devotees for his limitless enthusiasm to serve Srila Prabhupada’s mission, and for his natural ability to create social contacts with anyone in just a few minutes,” Nitai-Gaurasundara says. “Still, getting the land was no easy task.” 


After several long weeks of searching with no results, Pitavas developed a friendship with a neighbor who owned the most beautiful house in the area. He asked him if he would agree to sell his estate—both the house and the 1,400 square meters it sat on—to the devotees.


Unsurprisingly, the neighbor refused at first. But after some time, charmed by Pitavas, he changed his mind and named his price.


It was double that of the first house.


“We had no money left, and so the RYF didn’t give the proposal much consideration,” Nitai-Gaurasundara says. “But the house was so beautiful that we began to wonder if this could be our temple instead of the other one I had found. We considered several possibilities—first, to sell the property we already had in order to be able to buy the new one.” 


But with the financial crisis hitting hard, no one wanted to buy. They RYF considered selling the building to devotees as separate studio apartments. Surely someone would snap up the chance to live next to the brand new Paris temple. But although three families showed  interest, none followed through. 


Suddenly, however, Krishna seemed to smile upon ISKCON Paris. One of the three families who had showed interest received an inheritance from a family member, and decided to generously donate half the sum needed to buy the new building. “The twist?” Nitai-Gaurasundara says. “The relative they had inherited from had been violently against their children’s spiritual life choice, and had even declared themselves an enemy of Krishna! It’s amazing how Krishna mercifully engages even those who are antagonistic towards him in his service.”


With half the money for the new building acquired, local donors were inspired, and the remaining funds were quickly raised. ISKCON signed the contract, and for the first time in many, many years, Sri Sri Radha-Parisishvara entered a temple of their own. 


They were joined by Sri Sri Gaura Nitai and Jagannath, Baladeva and Subhadra, and on Janmastami day August 14th, the official inauguration took place. Seven hundred people, including Gujarati, Bengali, Tamil, and Mauritian families among many others, visited the temple for the occasion. Many came from Krishna-worshipping backgrounds, and they enthusiastically helped put the festival together by giving donations, cooking, making garlands and more.


“They were all impressed by the central house and the big garden surrounded with fig trees and flowers,” Nitai-Gaurasundara says. “Memorably, one guest commented that as Krishna is the most valuable treasure, the new temple is a perfect case in which to keep the Supreme Jewel.”


The future of ISKCON Paris is an exciting one. There is more work to be done, but the facilities are available and the potential is massive.


Temple outbuildings 600 square meters in size will be transformed into an office and professional kitchen. The first house that was purchased has been transformed into a guesthouse that can accommodate twenty devotees and often attracts international guests. Renovations including showers, a restaurant, and a meeting room are being planned.


French devotees have also established Centre Culturel Bhaktivedanta at St. Michel in the center of Paris, where they hold regular conferences on Bhakti Yoga, Ayurveda, Vegetarianism and Bhajans. Additionally, the “I Love India” Concert is held every two months at yoga ashramas, featuring chanting, Vedic philosophy, sacred vegetarian food and books by Srila Prabhupada.


Most importantly, construction of a brand new temple building, with a capacity of hundreds, is expected to begin in early 2010 on the Sarcelles estate.


“Now that Sri Sri Radha-Parisishvara have finally been installed in a worthy temple, it is up to us, their servants, to invite all the souls of Paris and the world to come and see Him and offer their obeisances,” says Nitai-Gaurasundara.


And so after years of struggling, the devotees of ISKCON Paris are finally back on track to make Srila Prabhupada’s dream a reality. “So Paris is a most important city of the world,” ISKCON’s founder said in August 1973. “Work with great enthusiasm and make Krishna more prominent than Napoleon and the Eiffel tower ”¦”


Ci-dessous est un article en Francais a propos du nouveau temple de Paris, ecrit par le president de temple, Nitai-Gaurasundara Dasa:


En 1973, Srila Prabhupada invitait le Seigneur Suprême, Sri Krishna, à descendre et à se manifester dans une des villes les plus importantes du monde, Paris. La cérémonie se déroula rue Lesueur, le bâtiment du temple étant alors une maison louée. Attirés par les prières de leur pur dévot, Radha et Krishna, le couple divin, apparurent alors sous leur forme fascinante de Sri Sri RadhaParisisvara. 


Peu de temps après, le temple étant devenu trop étroit, les dévots décident de changer de lieu et d’acquérir un endroit permanent pour les murtis. Ils choisissent pour cela d’acheter un hôtel particulier dans le 2ème arrondissement de Paris, rue vieille du temple 


Malheureusement, la nouvelle situation pour les murtis et les dévots s’avère rapidement défavorable, particulièrement dû à la promiscuité du voisinage « peu dévotionnel », pour le moins que l’on puisse dire. Ainsi, les murtis doivent de nouveau accepter de changer de lieu ; et ce n’est pas leur dernier déménagement !...  


Il y aura ensuite une tentative faite à Ermenonville, suivie d’un passage à l’ashram rural de la Nouvelle Mayapur dans l’Indre, puis en 1987 un retour dans la région Parisienne à Noisy le Grand, et finalement, en 1998, un déménagement dans la même rue, dans le petit pavillon du 35 rue du Docteur Jean Vaquier. 


Là, les dévots servent le Seigneur dans une situation très austère pendant plus de dix ans, avec une salle du temple ne pouvant pas contenir plus d’une vingtaine de visiteurs à la fois, et des chambres à coucher minuscules. Pendant toutes ces années, l’idée de trouver un temple décent et permanent pour Krishna n’est jamais abandonnée, et plusieurs tentatives de collectes de fonds ont lieu à cette fin, mais jamais aucune ne débouchera sur une solution concrète.  


Le changement débute vraiment lors d’une réunion des GBC européens en Espagne, en 2005. Au cours de cette assemblée, la triste situation dans laquelle se trouve Sri Sri RadhaParisisvara interpelle les dirigeants d’ISKCON ; et sous l’inspiration de sa sainteté Sivaram Swami, ils créent le RYF : le comité pour le Renouveau du Yatra Français.  


À compter de cette date, les recherches pour un nouveau temple s’intensifient, et avec elles la recherche des fonds nécessaires à l’achat d’une propriété. Cette fois, enthousiasmés par le support international, beaucoup de dévots et membres bienfaiteurs de la congrégation s’investissent avec cÅ“ur dans ces recherches. 


Finalement, en 2007, NitaïGaurasundara prpabhu, président du temple, trouve une maison à Sarcelles, au nord de la capitale ; et après avoir négocié avec le propriétaire obtient un prix intéressant. Cette demeure semble répondre aux besoins d’un temple et d’un ashram, et sa situation géographique est un autre atout : située seulement à vingt minutes de l’aéroport international Charles de Gaule et à autant de Paris, elle se trouve en bordure de l’autoroute A1 qui relie Paris et le nord de l’Europe.  


Ainsi, après l’avoir visitée l’équipe du RYF donne son accord. Rapidement la somme pour l’achat est réunie (en grande partie grâce à des dons de la communauté internationale), et l’acquisition de la propriété est faite. Mais les dévots ne sont pas au bout de leurs peines : de nombreux travaux de rénovation s’avèrent nécessaires afin de pouvoir utiliser la maison comme un temple, et surtout, la mairie de Sarcelles exige que les dévots achètent douze places de parking à proximité de la maison afin de leur délivrer l’autorisation d’accueillir du public dans le bâtiment. 


C’est à ce moment-là que Pitavas prabhu - un disciple français de Srila Prabhupada qui avait été président du temple de Paris dans les années 80 - revient en France après plus de vingt ans passés aux Etats-Unis. A la requête du RYF, il accepte de se dédier à la recherche des fameuses places de parking et s’installe pour cela, en plein hiver glacial, dans la nouvelle propriét锦 qui n’est pas encore chauffée.  


Pitavas est connu chez les dévots pour son enthousiasme illimité  Ã  servir la mission de Srila Prabhupada et pour son aptitude naturelle à créer des liens sociaux avec n’importe qui en quelques minutes. Pourtant, même avec ses atouts, la tâche se révèle ardue.  


Après des longues semaines de recherches infructueuses, Pitavas finit par se lier d’amitié avec un proche voisin qui possède la plus belle villa du quartier. Il lui demande s’il voudrait bien vendre sa maison aux dévots, car elle est entourée d’un terrain de 1400 m2 qui ferait parfaitement l’affaire pour les parkings.  


Aux premiers abords le voisin refuse, mais après un temps, charmé  par Pitavas, il s’ouvre à l’idée de vendre et présente son prix : presque le double de celui de la première maison achetée. Le RYF ne prend pas l’offre très au sérieux, car il n’y a plus un sou dans les caisses. Mais comme cette nouvelle villa est vraiment très belle, on considère plusieurs possibilités : d’abord celle de revendre la première maison et d’utiliser l’argent ainsi obtenu pour l’achat de la deuxième. 


Mais entre-temps la crise immobilière a frappé, et l’idée de vente au public n’est plus intéressante. On pense alors à fractionner la première bâtisse en studios et appartements que l’on propose de vendre à des dévots : ceux-ci pourraient ainsi jouir d’un logement tout proche du nouveau temple. Trois familles sont intéressées par l’idée, mais y renoncent ensuite.  


Et c’est là que Krishna se manifeste soudain. Parmi ces trois familles, une décide de faire généreusement don de la moitié de la somme nécessaire à l’achat de la nouvelle villa. Et le plus drôle et que cet argent leur vient de l’héritage d’un parent qui durant son vivant s’était violemment opposé au choix de vie spirituelle de ses enfants, se déclarant même ouvertement un ennemi juré de Krishna ! Cela ne fait que contribuer davantage à la décision des enfants de cet « ennemi de Dieu » : cet argent appartient définitivement à Krishna, et donc doit être utilisé pour Lui seul.  


Avec cet apport conséquent, les donateurs locaux se sentent inspirés et le reste de la somme est trouvé rapidement. Le contrat de vente est alors signé, et pour la première fois depuis de longues années, leurs Seigneuries Sri Sri RadhaParisisvara entrent dans un temple bien à Elles.  


L’inauguration se déroula le jour de Janmastami, le 14 août, et 700 personnes visitèrent le nouveau temple ce jour-là. Ce public était en grande partie composé de familles de gujaratis, très présents dans cette région de Paris. Les gujaratis, qui adorent naturellement Krishna de par leur tradition, aident d’ailleurs déjà le temple de multiples manières depuis son ouverture (dons de nourriture, aide en cuisine, confection de guirlandes de fleurs pour les murtis, etc.). Également étaient présents de nombreux Tamouls, eux aussi très dédiés à aider le temple depuis déjà longtemps”¦  


Dans l’ensemble, tous les invités furent impressionnés par la propriété, par son bâtiment central et par son vaste jardin entouré de figuiers et de fleurs ; et tous furent unanimes : Sri Krishna étant le joyau le plus précieux, cette propriété comparable à un écrin convenait tout à fait pour abriter ce Joyau Suprême. 


Bien sûr, les améliorations possibles pour rendre cet endroit encore plus adapté à la mission du Seigneur Caitanya et plus digne de Sri Sri Radha-Parisivara sont nombreuses, mais tout le potentiel est déjà là, et il ne reste maintenant qu’à développer les commodités existantes.


Parmi les projets majeurs à venir, la priorité est de rénover les bâtiments actuels. 


La première maison acquise qui fait maintenant office de maison d’hôtes accueille déjà chaque semaine de nombreux visiteurs, mais requiert des travaux d’aménagement importants (douches, salle de restaurant, salle de réunion”¦). 


Les dépendances du temple (600 m2) n’attendent qu’à être transformées en bureau et en cuisine professionnelle. Et finalement, certainement le projet le plus important : la construction, derrière la villa, d’une nouvelle salle de temple pouvant accueillir plusieurs centaines de personnes. 


Les occasions de servir Krishna ne manquent donc pas au temple de Paris, et tous ceux qui souhaitent aider à développer ce projet sont les bienvenus. Ceux qui le désirent peuvent également se joindre au programme « Métro yoga » qui, sous l’inspiration de Gadhadar Priya prabhu, répand joyeusement  les gloires du maha-mantra Hare Krishna quotidiennement dans le métro parisien. Sri Krishna étant maintenant installé dans un temple digne de Lui, il ne tient plus qu’à Ses serviteurs (nous !) d’inviter toutes les âmes de Paris à venir Le voir pour Lui rendre leur hommage. 


Tags:
[ france ] [ new-temple ]
Disqus